17

Wall for her wall for him, 

Par leur structure physique qui se résume à une cavité, les poteries acoustiques jouaient  naturellement un rôle de résonateur excité par la vibration sonore émise par les voix. Nous connaissons aujourd’hui ce phénomène de résonance par le travail d’Herman von Helmholtz. Pour le comprendre et l’exploiter d’une manière sensible, j’ai souhaité en faire l’expérience à travers une œuvre qui prendrait corps au sein d’une architecture : « une œuvre d’art embarquée dans l’architecture »*, une œuvre faisant partie intégrante de l’architecture et ne pouvant s’en extraire.

J’ai commencé par imaginer la construction d’un mur dont la surface apparaitrait impactée, voire criblée de trous identiques correspondant pour chacun à un résonateur de même type. J’imaginais également que la voix de chanteurs pourrait à une certaine fréquence, avoir un impact sur ces cavités. Acoustic Velvet consistait à remplir une immense salle aux murs criblés de résonateurs, par un chœur constitué d’un grand nombre de chanteurs. Je l’observerai plus tard dans d’autres conditions, avec l’intensité sonore, les résonateurs stimulés devaient produire un léger souffle, une subtile ventilation.

J’ai également imaginé une proposition murale dédiée à l’habitation wall for her wall for him -  consistant à réaliser, plus modestement, des murs pour des chambres destinées à être utilisées par des hommes ou par des femmes ; les résonateurs réagiraient en fonction des voix plus ou moins graves, plus ou moins aigues.

Le souffle serait alors une présence si subtile qu’il délimiterait l’apparition de l’œuvre, son omniprésence. De plus, chaque pièce serait dotée d’une acoustique timbrée, personnalisée, pour lui ou pour elle.  

wall for her
wall for her
wall for her
wall for her