2016

Théorie de idées   Une salle sombre se dessine derrière quelques ouvertures verticales ; une salle dont l’accès est impossible aux visiteurs et dans laquelle les ombres produites par ces derniers, ont comme conséquence des modifications sur un son omniprésent dans le lieu.

C'est la lumière qui est ici rendue audible, et chaque modification sur celle-ci devient perceptible ;  la présence du public est sentie, identifiée, et chaque mouvement est perceptible à l'oreille. 

J'ai imaginé cette intervention afin d’augmenter le doute du spectateur face au réel. Qu’est-ce qui est réel, qu’est-ce qui ne l’est pas ? La réalité est-elle un rêve physique  ?  

Cette proposition, revisite les seuils de perception associés aux domaines de l’écoute. Le spectateur est présent en tant qu'ombre. Nous pouvons l'entendre évoluer dans l'espace. Un dialogue s’ouvre entre une « théorie des idées », celle de l’être et du réel pour Platon, et une « veille statistique physique », oeuvre de ludovic Lignon qui cohabite dans la même salle en effleurant également les contours de l’inconnaissance que nos lumières intègrent désormais. 

théorie de idées ( copyright © 2016 Isabelle Sordage )
théorie de idées ( copyright © 2016 Isabelle Sordage )
théorie des idées - détail mur ( copyright © 2016 Isabelle Sordage )
théorie des idées - détail mur ( copyright © 2016 Isabelle Sordage )
théorie des idées et veille statistique physique avec Ludovic Lignon
théorie des idées et veille statistique physique avec Ludovic Lignon